«Rendre notre système électoral meilleur, consolider l’unité nationale...»
Il a fait remarquer que depuis 50 ans, Maurice a toujours su évoluer dans une stabilité politique…
Actualités

«Rendre notre système électoral meilleur, consolider l’unité nationale…»

Lors de son intervention sur le Constitution Amendment Bill 2018, le ministre des TIC, Yogida Sawmynaden, à l’Assemblée nationale, ce samedi 8 décembre 2018, a soutenu que cet amendement à la Constitution «contient tous les ingrédients nécessaires pour rendre notre système électoral encore meilleur, renforcer notre espace démocratique et consolider l’unité nationale.»

Cela avant de renchérir : « Nous sommes réunis aujourd’hui dans cette auguste assemblée pour marquer l’histoire. Notre pays, la République de Maurice, est jeune. Et nous, les élus par le peuple, nous devons être en mesure de proposer les changements nécessaires pour construire la République de Maurice de demain. » Il a soutenu qu’ils sont tous engagés en politique pour «être les acteurs de cette transformation.»

Rappelant qu’il était un membre du comité ministériel sur ce projet et qu’il a eu plusieurs réunions sous la présidence de Xavier-Luc Duval, alors Deputy Prime Minister, Yogida Sawmynaden a souligné : « Les grandes lignes de ce projet de loi étaient proposées à ce moment. C’est pour cela que j’ai été estomaqué par la discours d’Adrien Duval, hier soir. »

Il a fait remarquer que depuis 50 ans, Maurice a toujours su évoluer dans une stabilité politique… «  », a-t-il soutenu.

« Nous avons la chance de vivre dans une démocratie et nous sommes fiers de notre Constitution. Mais il est aussi explicite que certains aspects de notre système électoral ne sont plus conformes à nos aspirations modernes », a-t-il argumenté.

Affirmant que le « Best Loser System », inscrit dans la Constitution en 1968, a fait ses preuves, le ministre Sawmynaden a fait remarquer qu’actuellement, il montre des signes d’essoufflement.

« Le pays compte aujourd’hui une population d’un peu plus de 1,3 million contre 798 000 au moment de l’Indépendance en 1968 ! Aux élections de 1967, il y avait 314 000 électeurs et à présent, en 2018, il y presque 925 000 électeurs à Maurice. De ce fait, Il est tout à fait normal de vouloir porter le nombre de députés à 81 avec un maximum de 85. Alors qu’en 1968, il y avait 1 député pour 12 800 habitants, l’augmentation portera la proportion à 1 député pour 16,250 habitants seulement », a argué Yogida Sawmynaden.

Par ailleurs, il abordé les « additional seats ». Il a répliqué à Shakeel Mohamed par rapport aux minorités.

« Nous, députés, nous ne représentons pas une communauté, mais le peuple dans toute sa diversité. Le système des sièges additionnels ne tue pas le « Best Loser System », mais l’améliore bel et bien», a soutenu Yogida Sawmynaden. Il a fait un plaidoyer aux élus du PMSD. «On se souvient encore de vos deux rendez-vous manqués avec l’Histoire, la première fois quand vous aviez voté contre l’Indépendance de notre pays et la deuxième fois quand vous aviez voté contre la République», a-t-il dit avant d’ajouter : «Vous avez aujourd’hui la chance de vous racheter… Ne sacrifiez pas encore une fois vos électeurs pour des questions d’égo

Il a argué que 50 ans après, la volonté du gouvernement, à travers cet amendement à la Constitution, en particulier l’introduction d’une dose de proportionnel, « est plus que jamais, de garantir la représentativité de tous.» «Il est clair que 12 députés proportionnels et de 6 à 10 députés additionnels, c’est-à-dire un maximum de 22 députés correctifs, donne beaucoup plus de marge de manœuvre que les 8 repêchés du système « Best Loser », a-t-il maintenu.

«Rendre notre système électoral meilleur, consolider l’unité nationale…»