Une campagne électorale qui est susceptible de culminer tout droit vers des élections générales, fin de cette année 2019 ou mi-2020.
Politique

Revue politique: le ton de la campagne électorale pour la partielle au no 7 est donné

L’actualité politique, cette semaine, a été dominée par le ton de la campagne électorale qui a été donné en marge de l’élection partielle dans la circonscription no 7 (Piton/Rivière du Rempart). Une campagne électorale qui est susceptible de culminer tout droit vers des élections générales, fin de cette année 2019 ou mi-2020.

Lors d’un grand congrès, organisé le vendredi 2 août au Collège Universal, Rivière du Rempart, le Premier ministre, Pravind Jugnauth a réglé ses comptes avec deux leaders politiques, en l’occurrence, Navin Ramgoolam du Ptr et Paul Bérenger du MMM.

A Cottage - Pravind Jugnauth: “Je suis un homme de terrain, j’y reste”
Jeudi 8 août, le Premier ministre est revenu à la charge, lors d’un état des lieux des travaux de drains à Fond du Sac et Cottage, deux villages qui étaient sérieusement touchés par des inondations, lors des pluies torrentielles de décembre 2018 et au début de 2019.

« Navin Ramgoolam m’avait traité de poltron lors d’une fonction à Triolet, aujourd’hui je lui lance un défi. Mo souhaite ki Macarena na pas poltron. Anou mate dan prosenn eleksyon general», a lancé sans ambages Pravind Jugnauth. Poursuivant sa tirade, le chef du gouvernement a énuméré les ‘gabegies’ de l’ancien pouvoir travailliste: Bagatelle Dam, Ring Road, Autoroute Terre-Rouge Verdun, l’affaire Betamax, CT Power,  entre autres

Après avoir ciblé Navin Ramgoolam, Pravind Jugnauth a fait une virulente sortie contre Paul Bérenger. «Bérenger est un escroc intellectuel. Il parle un langage lorsqu’il se trouve sur un caisson de camion mais, il tient un autre langage lorsqu’il se trouve à l’Assemblée nationale», a dénoncé Pravind Jugnauth.

 «Traîtrise du siècle»

Pour étayer ses dires, il s’est référé au rejet des deux projets de loi, l’un sur la réforme électorale et l’autre sur le Financement des Partis politiques, à l’Assemblée nationale.

24 heures après un congrès, organisé par le Ptr, à Montagne Longue, le leader des Rouges a dit attendre Pravind Jugnauth pour un face-à-face.

En faisant un «flash back», déplorant les conditions dans lesquelles l’arrangement électoral MSM-MMM s’était brisé quelque temps avant les législatives de 2014, le Chef du gouvernement a qualifié l’action de Paul Bérenger de «traîtrise du siècle.» «Mem soir li fer sir Anerood Jugnauth manze gato, le mem soir li al fer Navin Ramgoolam manze enn lot gato. Se enn traîtrise du siècle!», s’est écrié Pravind Jugnauth.

Selon lui, les «vrais militants» se seraient rangés dans le camp d’Ivan Collendavelloo et son équipe qui sont considérés comme «les bâtisseurs et les militants coaltar»

En marge de la prochaine échéance électorale, le Premier ministre a exhorté à l’électorat de no 7 de renouveler sa confiance au MSM. « SAJ a tant fait pour cette circonscription, il ne sera pas candidat aux prochaines élections générales. Le moment est venu pour soutenir le MSM afin lui exprimer votre reconnaissance pour le travail accompli», a soutenu Pravind Jugnauth.

 «Je suis un homme de terrain, j’y reste»

Jeudi 8 août, le Premier ministre est revenu à la charge, lors d’un état des lieux des travaux de drains à Fond du Sac et Cottage, deux villages qui étaient sérieusement touchés par des inondations, lors des pluies torrentielles de décembre 2018 et au début de 2019.

 «Je suis un homme de terrain, j’y reste», a clamé Pravind Jugnauth en répondant à une question de la presse. Répondant à une autre question de la presse par rapport à l’identité du candidat qui briguera les suffrages à l’élection partielle au no 7, prévue le 13 novembre, le leader du MSM a fait durer le suspense. «La candidature, c’est toute autre chose. Lors du Nomination Day, vous saurez l’identité du candidat», a maintenu le Chef du gouvernement. Bien évidemment, l’identité du candidat du MSM à Piton/Rivière du Rempart sera dévoilée le 17 août, jour du Nomination Day.

MMM – Paul Bérenger: «Nous nous opposons au Financing of Parties Bill dans sa forme actuelle»
Le leader du MMM a fait un plaidoyer pour que trois clauses, considérées comme étant les « plus importantes » du Political Financing Bill qui a été voté par une majorité simple de 44 pour, 20 contre, trois absents et une abstention, à l’Assemblée nationale, le 16 juillet, soient proclamées.

Face au défi de Pravind Jugnauth, Navin Ramgoolam n’a pas tardé à lui répondre. 24 heures après un congrès, organisé par le Ptr, à Montagne Longue, le leader des Rouges a dit attendre Pravind Jugnauth pour un face-à-face.

Lors de son intervention, à Montagne Longue, Navin Ramgoolam a estimé que «les jours du gouvernement MSM-ML-Transfuges sont comptés.» Réclamant un vote sanction contre le gouvernement, le leader des Rouges a réitéré : «Lelectorat compran ki se pas zis enn question sanzeman gouvernema. Bizin met enn gouvernema ki pratik enn politik de rupture»

Du côté du MMM, Paul Bérenger a critiqué le leader du MSM, Pravind Jugnauth en des termes voilés sans pour cela le nommer.

Political Financing Bill et majorité simple

Le leader du MMM a fait un plaidoyer pour que trois clauses, considérées comme étant les « plus importantes » du Political Financing Bill qui a été voté par une majorité simple de 44 pour, 20 contre, trois absents et une abstention, à l’Assemblée nationale, le 16 juillet, soient proclamées. Cela d’autant plus qu’une majorité de ¾ ne s’avérait nullement nécessaire, a-t-il rappelé par rapport à ce projet de loi.

Par conséquent, le leader du MMM a dit s’attendre à ce que la Speaker change son « ruling » par rapport à ce projet de loi.

Pour ce qui est de la chose politique, Paul Bérenger a fait une autre lecture. «Pa avant longtemps zafer la pou declenché. Le course la pou zoue entre Nomination day ek Polling Day. Li clair ki elections generela pe vini dan les zours a venir…», a répondu le leader du MMM à une question de la presse.

Le leader des Bleus, Xavier-Luc Duval a lancé un appel au gouvernement et au secteur privé pour qu’ils embauchent les athlètes chômeurs qui ont brillé lors des 10e Jeux des îles de l’océan Indien. C’était lors d’une conférence de presse, samedi 3 août.

Revue politique: le ton de la campagne électorale pour la partielle au no 7 est donné