Revue politique: rassemblement MSM au no 7, Ramgoolam remet les pendules à l’heure au no 5...
Politique

Revue politique: rassemblement MSM au no 7, Ramgoolam remet les pendules à l’heure au no 5…

Pour la deuxième semaine consécutive, l’actualité politique est très mince, car trève politique oblige en marge des 10èmes Jeux des Iles de l’océan Indien (JIOI) qui se déroulent à Maurice du 19 au 28 juillet. Ce grand rendez-vous sportif s’achève demain et la politique reprendra le dessus à partir du début de la semaine prochaine avec la reprise des travaux parlementaires, à l’Assemblée nationale, le mardi 30 juillet.

En marge de l’élection partielle au no 7 (Piton/Rivière-du-Rempart), le MSM tiendra un grand rassemblement le 2 août. Le grand rassemblement prévu le 5 juillet dernier afin de dévoiler l’identité du candidat de l’alliance MSM-ML à cette joute électorale aura définitivement lieu le vendredi 2 août, dans le fief du ministre Mentor, sir Anerood Jugnauth, ancien Premier ministre et ancien leader du MSM.

Selon nos informations, une mobilisation tous azimuts se met en place dans les trois circonscriptions du nord, à savoir no 5 (Pamplemousses/Triolet), no 6 ( Grand Baie/Poudre d’Or) et no 7 (Piton/Rivière du Rempart) en marge du rassemblement du 2 août.

Il nous revient que les élus de la majorité, ministres, PPS et députés ont eu des consignes de ratisser large et d’avoir plus de visibilité sur le terrain. Une manière de donner le coup d’envoi à la campagne électorale pour la partielle 7, culminant au Nomination Day le 17 août.  Tout le paquet y est mis en œuvre pour faire monter la mayonnaise pour que le rassemblement du 2 août soit un succès sur toute la ligne.

L’identité du candidat probable

S’agissant de l’identité du candidat probable de l’alliance MSM-ML au scrutin du 13 novembre, il se chuchote que le nom cité jusqu’ici, en l’occurrence celui du Dr Yasheel Auchojee figurerait en pole position. En revanche, le nom d’un autre candidat potentiel et non des moindres circule pour briguer les suffrages à la partielle au No 7.

Du côté du Ptr, le leader, Navin Ramgoolam semble bien vouloir mettre au point une stratégie pour la reconquête du pouvoir et de surcroît la circonscription no 5 (Pamplemousses/Triolet). Circonscription, où il s’était fait battu à plates coutures, ses deux colistiers et lui, lors des élections générales de décembre 2014. Navin Ramgoolam ne digère pas cette défaite renouvelée après les législatives de 2000.

Une réunion, réunissant tous les activistes ayant travaillé lors du scrutin de 2014, de fonctionnaires, des planteurs, de syndicalistes… a eu lieu à la salle des fêtes, Party Field, Pamplemousses, samedi 20 juillet.

Dans ce contexte, une réunion, réunissant tous les activistes ayant travaillé lors du scrutin de 2014, de fonctionnaires, des planteurs, de syndicalistes… a eu lieu à la salle des fêtes, Party Field, Pamplemousses, samedi 20 juillet. Cette réunion privée, à laquelle la presse était tenue bien à l’écart.

Selon nos recoupements, lors de son intervention, le leader des Rouges a remis les pendules à l’heure. Pour la énème fois, depuis sa défaite de 2014, il a réglé ses comptes avec l’électorat de no 5 en déplorant son ingratitude.

Chat échaudé craint l’eau froide…

«Deux fois zot finn gagn Premier minis isi dan circonscription no5 , SSR ek mwa. Ek deux fois, zot finn zet nou. Sa fois la en 2014, zot zet no 1 pou ale vote no 25, c-à-d Soodesh Callichurn. Explik mwa kuma zot finn capav ale vote Ramkaun ek Teeluckdharry?», s’est-il demandé.

Par conséquent, Navin Ramgoolam a exhorté les trois candidats potentiels en lice à Pamplemousses-Triolet aux prochaines législatives, en l’occurrence, Ranjiv  Woochit, Rajen Seetohul et Robin Soonarane et aux activistes présents à œuvrer pour faire élire les trois candidats du Ptr. «Sinon na pa kont lor mwa pou nomm minis dan no 5», a prévenu Navin Ramgoolam. Ce consigne, a-t-il indiqué, s’applique aux activistes des autres circonscriptions.

Compte tenu de la teneur des propos tranchant dans le vif du leader des Rouges, il est explicite qu’il n’envisagerait pas de briguer les suffrages à nouveau candidat au no 5, mais qu’il migrerait au no 10 (Montagne Blanche/GRSE). Chat échaudé craint l’eau froide, dit-on.

Par ailleurs, Navin Ramgoolam a tiré à boulets rouge sur la Banque de Maurice. Un haut cadre aurait des visées politiques, a-t-il dit. «Ena haut cadre la BOM ki pe convoite enn ticket MSM dan prosenn eleksyon general», a-t-il martelé.

Political Financing Bill-Bérenger: «Seule une majorité suffisait»

 En revanche, trois jours auparavant ( mercredi 17 juillet) , le leader des Rouges a participé à une cérémonie de remise de prix organisée par la Glen Park Muslim Association. « Les vrais parrains de la drogue sont toujours là ! », a-t-il lancé dans son discours de circonstance.

Pour ce qui est le Political Financing Bill, Paul Bérenger a soutenu que «seule une majorité simple suffisait pour voter certaines clauses» au Parlement, mardi 16 juillet.

Dans le camp du MMM, le leader Paul Bérenger a lors de sa conférence de presse hebdomadaire, samedi 20 juillet, soutenu que la position de son parti porte sur la nécessité pour le governement central de «laisser le soin à l’Assemblée Régionale de Rodrigues (ARR) et aux Rodriguais de gérer le trésor qui a été découvert dans l’île.» Cela d’autant plus que Rodrigues ait obtenu l’autonomie depuis 17 ans.

«Nous dénonçons le temps perdu par rapport à ce dossier. Nous dénonçons le cafouillage provoqué par le ministère des Arts et de la Culture dans la gestion de ce dossier, surtout la manière que le ministre de tutelle ait répondu à la Private Notice Question (PNQ)», a tonné Paul Bérenger. Il a déploré qu’il est explicite que «des insinuations ont été faites pour jeter le blâme sur Serge Clair et l’ARR.»

Pour ce qui est le Political Financing Bill, Paul Bérenger a soutenu que «seule une majorité simple suffisait pour voter certaines clauses» au Parlement, mardi 16 juillet. La «division of votes», appliquée par la Speaker, Maya Hanoomanjee résultant par une majorité de 44 pour, 20 contre, 1 abstention ( Danielle Selvon) et trois absents ( Aurore Perraud, Shakeel Mohamed et Kavi Ramano, ndlr), n’était pas nécessaire, a-t-il maintenu.

Revue politique: rassemblement MSM au no 7, Ramgoolam remet les pendules à l’heure au no 5…