Rodrigues:  « Ce calendrier scolaire est une insulte à notre intelligence collective »
Le nouveau calendrier scolaire établi par la Commission de l'Éducation à Rodrigues et par extension, le gouvernement régional à Rodrigues risque d’être explosif.
Actualités

 Rodrigues:  « Ce calendrier scolaire est une insulte à notre intelligence collective »

Le nouveau calendrier scolaire établi par la Commission de l’Éducation à Rodrigues et par extension, le gouvernement régional à Rodrigues risque d’être explosif. Vivement contesté et rejeté par le Front Commun des syndicats, comprenant la ‘Rodrigues Secondary School Employees Union’ (RSSE), l’UPSEE et la PTA, ce calendrier scolaire  fait des vagues!

“Ultimatum”, “manifestation  monstre”, “système d’imposition à la dictature”…: tels sont les maître-mots prononcés lors d’une conférence de presse, ayant réuni plus d’une centaine de personnes à Mont Lubin, hier jeudi, 21 mai.  “Ce calendrier scolaire est une insulte à notre intelligence collective », s’insurge Philippe Baptiste. 

Tonnant dans le même sens, Colson Hall, autre porte parole du groupe, il lance sans ambages: “Il est clair qu’il y a un rejet en bloc du calendrier proposé par le gouvernement régional”.  Cela en présence d’une forte mobilisation de personnel enseignant et non-enseignant, ainsi que de parents, étaient présents pour cette conférence de presse.

Front commun

Le corps enseignant, conjointement avec le front commun n’est pas d’accord avec les autorités par rapport à ce nouveau calendrier scolaire pour Rodrigues. Ce calendrier, indiquent-ils est imposé par la commission de l’Éducation. 

Par conséquent, le Front commun a suggéré que l’actuel calendrier scolaire soit étendu jusqu’à mars 2021, en suivant le calendrier scolaire de Maurice, après que les élèves du SC et HSC aient pris part aux examens. Ce qui, selon eux, aurait été “bien plus simple et fluide.”

Selon les intervenants, ils ont eu une rencontre avec la commission de l’Education, mercredi 20 mai et certaines modalités ont déjà été entérinées. Il est dénoncé que par la suite, “les autorités sont venues imposer leurs conditions, qui n’ont rien à voir avec les décisions prises hier.” 

Dans la perspective de ce calendrier, Philippe Baptiste souligne des consultations, au préalable, ont été menées avec tous les partenaires depuis vendredi 15 mai. « Mais ce qui est inadmissible et inacceptable, c’est qu’après ces consultations, les autorités ont fait fi de toutes nos propositions et nous ont imposé un autre calendrier scolaire. Nos propositions n’ont pas été prises en considération”,  déplore Philippe Baptiste.

“Manque de respect et de considération flagrant”

“Alors que nous avions tous ensemble travaillé sur ce calendrier, c’est clair et net que c’est un manque de respect et de considération flagrant envers tous ceux qui ont pris le temps de travailler sur ce calendrier. Les autorités nous ont fait faire des propositions et des réunions pour rien. Car nous avons l’impression que dès le départ elles n’avaient pas l’intention de nous écouter. De plus, le calendrier qu’on nous impose ‘don’t fit the requirements’ que nous avions demandé lors des consultations », martèle-t-il.

Arguant que ce calendrier n’est pas dans l’intérêt de tout le monde, le président du syndicat s’est insurgé: « Le calendrier imposé par la commission de tutelle, qui prend fin en décembre 2020 et qui sera avalisé par le Conseil Exécutif demain, va à l’encontre de ce qui avait été décidé en concertation. Ce qui suscite beaucoup de questionnements », dit-il.

De son côté, Anderson Raffaut, autre porte parole du syndicat, se joint à Philippe Baptiste. Décrivant la situation actuelle, il maintient: «Si nous en sommes ici, c’est dans l’intérêt de nos enfants et pour l’avancement du pays. C’est pour démontrer que nous avons à cœur notre système d’éducation.”

“Mo zanfan pa pou vinn cobaye…”.

Pour sa part, Désirella Spéville, porte parole de la PTA se plaint que les parents sont mis à l’écart par rapport à ce dossier. Je n’ai pas l’intention d’envoyer mes enfants à l’abattoir, avec la réouverture de l’aéroport bientôt. Mo zanfan pa pou vinn cobaye pou zanfan lezot dimunn. Zot pe koz enta gran gran koze ki pa servi dan narnien. Zot koz protokol me se zis lor papie sa. Kan zanfan rant dan bis pena okenn social distancing ladan. La commission doit assumer ses responsabilités…” 

Pour Colson Hall, il est explicite qu’il y a un rejet en bloc du calendrier proposé par le gouvernement régional.  « Sur le plan légal, sanitaire et pédagogique, rien n’a été pris en compte ni mis en place ni pour le personnel ni pour les élèves(…) Nous n’irons pas à l’école avec ce système d’imposition à la dictature. Si nou pa ti dakor hier, nou pa dakor zordi ek nou pa pou dakor demain. Pour demain, nous avons décidé de travailler sous certaines conditions”, maintient-il.

.

 Rodrigues:  « Ce calendrier scolaire est une insulte à notre intelligence collective »