Rodrigues - Budget :  Piste d’atterrissage, démarrage des travaux début 2020
«Je suis confiant que nous sommes sur la bonne voie pour le démarrage des travaux de construction de la piste d’atterrissage début 2020», a affirmé Serge Clair.
Actualités

Rodrigues face à une autre étape de son développement aéro-portuaire

Rodrigues est en en passe de franchir une autre étape de son développement aéro-portuaire. De ce fait, le conseil exécutif de l’Assemblée Régionale de Rodrigues (ARR) a pris deux principales décisions, à l’initiative du Bureau du Chef Commissaire, lors de sa réunion du 11 janvier.

La première porte sur l’allocation d’un contrat à une firme consultante pour entreprendre une étude-socio à Rodrigues en ligne avec l’aménagement d’une nouvelle piste d’atterrissage à l’aéroport de Plaine Corail. Le deuxième porte sur l’allocation d’un contrat à une firme consultante en vue d’entreprendre des travaux de dragage et de remblaiement à Pointe L’Herbe et des «allied works» dans le port à Port Mathurin.

Il faut dire que la construction nouvelle piste d’atterrissage est considérée comme étant onéreuse pour Rodrigues. Depuis août 2018, l’ARR a exprimé son intention de rechercher un consultant sur le plan local et international en vue d’entreprendre un rapport socio-économique pour l’île dans le cadre de ce projet.

Répondant à une Private Notice Question du leader de l’Opposition le 14 juillet 2017, Pravind Jugnauth avait affirmé que Rodrigues devra identifier un site alternatif, car si le gouvernement va de l’avant avec l’agrandissement de l’aéroport de Plaine-Corail le coût des travaux s’élèvera à Rs 11 milliards au lieu de Rs 2 milliards.

Piste «land-based»

Selon le rapport préliminaire de GIBBS, le projet d’extension de la piste d’atterrissage de Rodrigues coûterait plus cher que les estimations du coût initial. Par conséquent, GIBBS a recommandé une piste «land-based».

Du coup, l’ARR s’est mise a identifier un site alternatif. Il est soutenu que la nouvelle piste devra être «soigneusement étudiée, planifiée et conçue après l’achèvement des études topographiques, des recherches géotechniques et des études géophysiques.» C’est dans ce contexte que l’ARR compte avoir au préalable un rapport socio-économique.

Compte tenu de l’aval de l’Agence Française de Développement (AFD) pour un financement à hauteur de Rs 3,2 milliards (80 millions d’euros), dont Rs 400 millions ( 10 millions d’euros ) sous forme de grant, avec le coût des travaux estimé à quelque Rs 4 milliards, il est souligné qu’avec la fin des travaux du nouveau terminal à Plaine-Corail au coût de Rs 140 millions, l’ARR accentue les procédures préliminaires de la construction de la nouvelle piste d’atterrissage, mesurant 2 100 m de long et de 45 m de large, avec une bande additionnelle de 240 mètres des deux côtés en vue de faire de la place pour un Runway End Safety Area (RESA).

Entre-temps, les promoteurs du projet de la nouvelle piste de Plaine-Corail devront résoudre un problème délicat, notamment le relogement des habitants du village de Sainte-Marie.

Dragage du berth pocket

Le plan de relogement aussi bien que les détails d’un accord à cet effet devrait être présentés aux villageois vers la fin de 2018.

L’urgence de l’évacuation des habitants du village de Sainte Marie proche de l’aéroport régional s’impose, car le site devra être libéré pour les besoins de la mobilisation des contracteurs au plus tard en juin 2019, avec les travaux de la new runway à Plaine-Corail entamés vers le 1er semestre de cette année.

Les démarches pour des consultancy services pour les travaux de dragage et de remblaiement à Pointe L’Herbe et à Port-Mathurin ont atteint un stade avancé.

S’agissant du développement portuaire, l’option retenue comprend la construction d’un nouveau quai à l’ouest de l’infrastructure portuaire existante, soit du côté de Pointe L’Herbe en vue de décongestionner le centre du chef-lieu. La construction d’un port de pêche nécessitera des investissements de Rs 400 millions, quelque Rs 1,3 milliard pour le nouveau quai et Rs 12 millions pour l’aménagement d’une marina pouvant accueillir une vingtaine de yachts au Port-Mathurin Waterfront.
Les démarches pour des consultancy services pour les travaux de dragage et de remblaiement à Pointe L’Herbe et à Port-Mathurin ont atteint un stade avancé.

Il est mentionné que les travaux d’infrastructures portuaires à Port-Mathurin seront exécutés en quatre étapes : (a) la 1ère phase avec la construction d’un bund-wall, le dragage du chenal et les travaux pour accueillir le port de pêche ; (b)
la 2e phase devra accommoder les travaux pour l’aménagement du nouveau port ; (c) la 3e phase comprendra les travaux de dragage du berth pocket au-devant du nouveau quai et (d) la construction d’un new quay wall de 220 m de long.

Rodrigues face à une autre étape de son développement aéro-portuaire