Rosario Marianne : La Fédération internationale prend l'affaire en main
Rosario Marianne et sa coéquipière de club, Anndora Asaun (au centre) en compagnie de leur guide, Loïc Bhugeerathee et
Actualités Sport Local

Rosario Marianne : La Fédération internationale prend l’affaire en main

L’International Paralympic Committee (IPC) somme la National Paralympic Committee (NPC) de régler une fois pour toute le problème de licence qui affecte la carrière de Rosario Marianne et celle d’Andorra Asaune, d’ici cette semaine. Cet événement survient après que le club de ces deux athlètes, Magic Parasport ait alerté l’instance internationale la semaine dernière.

Après plusieurs mois d’attente, les choses n’évoluent pas pour ces deux athlètes non-voyants qui attendent toujours d’avoir le feu vert des autorités pour avoir le droit de participer à des compétitions internationales. Des réunions de médiation, organisées par le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), n’ont rien donné. Il en est de même pour le différentes correspondance échangées entre le club, la Visually Handicapped Persons Sports Federation (VHPSF).

Autant de raisons qui ont poussées le Magic Parasports à alerter la Fédération internationale. « On joue là nos dernières cartes. On ne voulait pas passer par là parce que le NPC risque de se retrouver devant de sérieux problèmes avec tout ce qui se passe et ce qui s’est passé auparavant. Mais on n’avait pas le choix. Ce qui importe pour le club est que nos deux athlètes puissent pratiquer le sport. », affirme Hewlett Nelson présidente du club à Inside News

Que risque le NPC ? 

En tout cas, si elle tient la corde raide à la sommation de l’IPC, l’instance mauricienne risque de payer le prix fort. Car en effet, il lui sera difficile de fournir des raisons plausibles pour ne pas avoir accordé des licences aux guides des deux athlètes, Samuel Bousoula et Loic Bhugerathee.

Pour l’heure et selon une dernière correspondance adressée aux deux guides, la VHPSF se base sur le faits que leur club n’est pas licencié avec la Fédération. Le courriel, signé du secrétaire, Dominique Pancham, se lit comme suit : « We apologies for our late reply, following the last meeting of the Managing Committee of the VHPSF, your request for a license as guide runner has been discussed. We hereby this letter inform you that only guide runners who are member of a club affiliated to the VHPSF, are granted guide runner license. »

Qui dit la Sport’s Act ?

Inside News a consulté la Sports Act afin de savoir si la position adoptée par la VHPSF est en ligne avec les législations régissant le sport. Les lois autour de la licence  se résument ainsi :

Duties of the Federation 

(v) issue a licence to –
(A) a member of a sports club affiliated with it or with its regional sports committee, where appropriate; and
(B) a Mauritian athlete, not being a member of a sports club responsible for an individual sport, who wishes to participate in a competition; and (vi) grant such championship award or title as it may consider appropriate.

Autant dire que la VHPSF n’a aucune raison de ne pas remettre une licence aux  guides des athlètes. Nous apprenons que le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), très concerné par cette affaire depuis l’année dernière, a rappelé aux dirigeants de la VHPSF que leur rôle est de veiller que le droit des sportifs mauriciens ne soit pas lésé.

Autre information qui nous parvient dans le sillage de l’entêtement de la Fédération est celle visant à laisser entendre que les dirigeants de certaines instances fédérales se consultent pour compiler un dossier qu’ils envisagent de remettre à l’IPC sur plusieurs cas d’irrégularités au niveau du MNPC.

Les mêmes sources soutiennent que ces dirigeants n’ont pas voulu jusqu’ici alerter l’instance internationale « pour ne pas pénaliser les athlètes, qui seront les premières victimes, au cas où l’IPC décide de retirer sa reconnaissance à la branche locale », disent-ils.

Le moins que l’on puisse dire est que l’étau se resserre autour du NPC qui pourrait être appelé à disparaitre du paysage sportif local dans les semaines qui suivent. Inside News a essayé d’avoir les impressions du président du NPC, qui ne nous a pas retourné l’appel malgré nous avoir promis de le faire.

Rosario Marianne : La Fédération internationale prend l’affaire en main