Sacrilèges : « faisons la paix » prient les religieux
Trois lieux de cultes ont été saccagés durant les dernières semaines
Actualités

Sacrilèges : « faisons la paix » prient les religieux

Trois lieux de cultes ont été saccagés durant les dernières semaines dans différents endroits du pays, soit à Triolet, Rose-Belle et Montagne Ory. Ces incidents ne font que prendre de l’ampleur. Nous avons parlé à certains religieux. Ils condamnent tous ces actes de vandalismes et réclament tous la paix.

Père Sylvio Lodoïska

Le Père Sylvio Lodoïska se dit triste de ces incidents. « Je suis attristé lorsque quelqu’un vient toucher à nos temples ou à nos églises ».

« Mo sagrin pou enn frer hindou kan pe sakaz enn tanp, mo sagrin pou enn frer mizilman kan pe sakaz enn moske », dit-il.

Il se dit aussi attristé pour la personne qui a commis l’acte. Le Père Sylvio Lodoïska estime que si une personne est arrivée à un point où il décide de vandaliser un lieu, sacré, la raison est parce qu’il est malade. « Fode ou ena enn problem grav pou ou ariv a sa pwin la », déclare-t-il. Ce dernier pense également que lorsqu’une personne « agresse » une église, il « agresse » en même temps la foi d’un individu.

Le religieux affirme aussi que toutes les communautés du pays ont toujours vécu en paix et en harmonie, sans déranger son prochain. Selon lui, le respect de l’autre démontre avant tout, le respect que l’on a pour soi au plus profond de soi. « Mo swete ki Moris viv kumsa », dit-il.

Le Père Lodoïska souligne qu’il priera pour les Mauriciens.

« Une rencontre avec le Commissaire de police »

Le maulana Shameem Khodadin condamne lui aussi sévèrement ces actes de vandalisme, que ce soit dans les kovils, dans les églises ou dans les mosquées. « Ce sont des actes barbares », dit-il.

Sacrilèges : les religieux font appel à la paix
Le maulana Shameem Khodadin

Il pense que le gouvernement et la police devront agir et chercher les coupables peu importe leurs communautés. « Pu bizin pran sanksyon », lance-t-il. Il ajoute également qu’il demande une rencontre avec le Premier ministre et souhaite que Pravind Jugnauth prenne les choses en main.

A noter que le maulana est aussi président du Mouvement Musulman du Sud. Il a eu une rencontre avec le Commissaire de police, Mario Nobin, hier, lundi 12 novembre. Plusieurs sujets ont été abordés, dont les divers cas d’agressions, les temples saccagés, entre autres.

Le maulana Shameem Khodadin affirme qu’il faut trouver les coupables le plus vite possible sinon cela pourrait engendrer une bagarre raciale.

« Nous faisons tout notre possible pour amener la paix dans le pays »,

dit-il. Il explique que nous vivons dans un pays multiculturel et il ne veut pas de dérapages.

« Aucune force occulte ne doit être tolérée »

Sacrilèges : les religieux font appel à la paix
Le pandit Ved Gopee

Le pandit Ved Gopee, vice-président du Conseil des religions et président de la Sanathan Holistic Vidhya Academy souligne que c’est avec « tristesse » et « indignation » que la communauté hindoue a pris connaissance de ces actes « blasphématoires » sur des lieux de cultes.

Selon lui, de tels gestes « violentes et intentionnelles » ne peuvent venir « d’un esprit sain ».

Il se dit confiant que la police ne tardera pas à arrêter les coupables de ces actes odieux qui peuvent gâcher et menacer notre cohabitation sociale et notre vivre-ensemble.

Le pandit Ved Gopee rappelle que le respect mutuel et la compréhension existante entre les différentes communautés est une force directrice qui contribue à ce que notre pays soit libre des « isms and ills ».

Il reste catégorique : « aucune force occulte, qui entrave le renforcement de la fraternité, doit être tolérée ».

Sacrilèges : les religieux font appel à la paix
L’Acharya Seewah Mooneesamy

« De vrais croyants ne feront pas de telles actes »

L’Acharya Seewah Mooneesamy pense, quant à lui, que les vrais croyants ne s’impliqueront jamais dans de tels actes. Il est d’avis que ceux qui ne sont pas d’accord avec le système qui s’engagent dans de tels actes.

Pour lui, toutes les autorités concernées devront se réunir et voir comment prendre des sanctions. Le Swami explique qu’on vit dans un pays multiracial et multicolore où chaque communauté est appelée à vivre ensemble. Il fait un appel à la population de « ne pas toucher à la religion ».

L’Acharya Seewah Mooneesamy explique que la religion prône la moralité et c’est surtout grâce à la religion que nous savons comment bien vivre. « Se a traver relizion ki nou gayn dibyen », dit-il.

Lire aussi :

Un lieu de culte saccagé à Rose-Belle

Lieux de culte saccagés : Les politiciens appellent à l’unité

Sacrilège dans un « kalimaye » à Montagne-Ory

Sacrilège au « Kalimaye » de Montagne-Ory: deux individus interpellés

Sacrilèges : « faisons la paix » prient les religieux