Seeruttun: “Développer Maurice en tant qu'IFC de choix pour faire des affaires”
“Parmi les impératifs identifiés, l'amélioration de l'habitabilité et les options de transport pour les expatriés et les locaux ont  identifiées comme la clé du développement d'un écosystème pour développer Maurice en tant qu'IFC (International Finance Centre, ndlr) de choix pour faire des affaires et en tant que plateforme pour les investisseurs”: c’est ce qu’a affirmé le ministre des Services Financiers et de la Bonne Gouvernance, Mahen Seeruttun
Actualités

Seeruttun: “Développer Maurice en tant qu’IFC de choix pour faire des affaires”

“Parmi les impératifs identifiés, l’amélioration de l’habitabilité et les options de transport pour les expatriés et les locaux ont  identifiées comme la clé du développement d’un écosystème pour développer Maurice en tant qu’IFC (International Finance Centre, ndlr) de choix pour faire des affaires et en tant que plateforme pour les investisseurs”: c’est ce qu’a affirmé le ministre des Services Financiers et de la Bonne Gouvernance, Mahen Seeruttun, lors de son intervention en marge des débats sur le Finance Bill au Parlement, hier, mardi 14 juillet.

Il a fait remarquer qu’il y a actuellement une pénurie de professionnels possédant les compétences pertinentes requises pour certaines activités du secteur des services financiers. “Parmi les principaux enjeu, il est nécessaire d’attirer des professionnels expatriés, de développer des talents locaux pour acquérir les compétences pertinentes et de conserver un personnel qualifié et expérimenté”, a soutenu le ministre Seeruttun. “Afin de combler cette lacune, il est souhaitable d’engager les services de professionnels expatriés pour la bonne mise en œuvre du schéma directeur de l’IFC mauricien”,  a-t-il ajouté.

Mahen Seeruttun a maintenu que les amendements proposés aux clauses 5 et 9 de la loi sur l’immigration inciteront donc les étrangers, y compris les professionnels du secteur des services financiers, à vivre et à travailler à Maurice grâce aux mesures annoncées dans le budget.

Pour étayer son argumentation, le ministre des Services Financiers et de la Bonne Gouvernance a fait référence à la clause 27, laquelle a-t-il soutenu, vise à assurer le développement durable du secteur financier. Il a souligné que le plan directeur de l’IFC mauricien 2030 a été cartographié par le gouvernement avec la Commission des services financiers, axée sur la vision pour les 10 prochaines années. “Il comprend le développement des principaux domaines du secteur financier tels que la banque privée, la banque d’entreprise et l’investissement transfrontalier, entre autres”, a-t-il soutenu.

Mahen Seeruttun a, également, commenté quelques autres modifications législatives proposées qui sont pertinentes pour le secteur des services financiers.

Seeruttun: “Développer Maurice en tant qu’IFC de choix pour faire des affaires”