Seeruttun : « Notre but n’est pas d’éliminer la population des chauves-souris… »
Le Pteropus niger est passé de « vulnérable » à « en danger d’extinction » en trois ans
Actualités Bollywood

Seeruttun : « Notre but n’est pas d’éliminer la population de chauves-souris… »

Mahen Seeruttun insiste que l’objectif du ministère de l’Agro-industrie n’est pas d’éliminer la population de chauves-souris mais de la contrôler. Le ministre veut que le nombre reste « gérable ». Il explique qu’il faut qu’il y ait une balance dans l’écosystème.

Le ministre reste convaincu que la décision de contrôler la population de roussettes est la bonne. « C’était la décision à prendre pour gérer la population de chauves-souris et veiller à ce qu’elles ne deviennent pas une nuisance et incontrôlable ».

« Faites un sondage », lance-t-il. Mahen Seeruttun demande de faire un sondage auprès des Mauriciens pour comprendre les dégâts causés par les roussettes. « Nous sommes conscients que la population a augmenté », fait-il savoir. « Allez demander à ceux qui ont des arbres fruitiers et même aux planteurs », dit-il.

Le ministre de tutelle affirme également que dans le passé le contrôle de chauves-souris se faisait « naturellement », soit lors du passage des cyclones. Mais, il déplore que cela n’est plus le cas désormais. « Nou tou kone ki popilasyon finn ogmante, nu mem truv zot dan centre-ville», fait-il savoir.

Rappelons que la presse française s’inquiète au sujet de la campagne d’abattage entamée à Maurice. Le journaliste Vincent Bordenave du journal Le Figaro affirme qu’il y avait trois espèces de chauves-souris mais il n’en reste qu’une seule.]

Seeruttun : « Notre but n’est pas d’éliminer la population des chauves-souris… »