Sesungkur: Les régulateurs de l'audit en Afrique doivent s'unir
Actualités

Sesungkur: Les régulateurs de l’audit en Afrique doivent s’unir

Selon Dharmendar Sesungkur, ministre des Services financiers et de la Bonne gouvernance, les régulateurs africains qui partagent les mêmes idées doivent unir leurs efforts pour améliorer la qualité de l’audit si essentielle à la croissance durable du continent.

La création du African Forum of Independent Accounting and Auditing Regulators (Forum africain des régulateurs de la comptabilité et de l’audit indépendants –AFIAAR) a déjà vu lw jour en 2018, grâce aux efforts concertés et à la vision des régulateurs de l’audit d’Afrique du Sud, du Botswana et de Maurice.

Cependant, dit Sesungkur, « nous avons besoin d’une composition plus large et plus forte pour pouvoir influencer de manière positive le programme de normalisation international dans l’intérêt de nos nations. L’appel est d’amener plus de membres à la cause. L’impératif est de créer une voix plus forte pour l’Afrique. De cette manière, nous donnerons plus de crédibilité et de confiance aux investisseurs internationaux pour venir en Afrique. »

Sesungkur, qui a prononcé un discours devant un forum AFIAAR de deux jours qui a débuté au Maritim Resorts & Spa, Balaclava mardi, est confiant que ce groupe de régulateurs de l’audit se développera en un rien de temps et deviendra une organisation régionale de premier plan intérêts de la profession.

« La force de l’Afrique sera que nous restions unis pour créer des conditions équitables pour la profession de l’audit à travers nos frontières et que nous parlions d’une voix commune et unie, » a déclaré Sesungkur.

A l’Iil Maurice, le ministre a rappelé que le Financial Reporting Council (FRC) fonctionne comme un régulateur indépendant, libre de tout intérêt pour le gouvernement ou les intérêts du secteur privé.

La composition du Conseil reflète une représentation large et équilibrée parmi les régulateurs, les professionnels, les universités et les autres parties prenantes du reporting et de la gouvernance des entreprises.

« La création de la FRC a signifié que nous sommes passés d’un environnement « autorégulé » à une autorité de régulation indépendante. Nous avons parcouru un long chemin et nous avons de nombreuses histoires à raconter et des expériences à partager qui peuvent aider à mettre en place d’autres régulateurs de l’audit indépendants, » a déclaré le ministre.

Il a également appelé les membres de l’AFIAAR et les futurs membres à travers l’Afrique à se « connecter à notre FRC afin que nous puissions apprendre les uns des autres et grandir ensemble.

« Des rapports financiers transparents, informatifs et précis constituent l’élément vital des marchés des capitaux et sont essentiels pour que les investisseurs prennent des décisions éclairées quant à la manière d’affecter leur capital. En l’absence d’informations sur les sociétés et d’états financiers précis et fiables, ainsi que de vérificateurs compétents pour les vérifier, notre système ne peut pas fonctionner correctement », a-t-il déclaré.

Sesungkur: Les régulateurs de l’audit en Afrique doivent s’unir