Squatters - Obeegadoo: “161 structures illégales, réparties sur cinq sites démolies”
“161 structures illégales des squatters réparties sur cinq sites ont été démolies”: c’est ce qu’a affirmé le ministre des Terres et du Logement, Steven Obeegadoo, lors d’une première conférence de presse, face à face avec de journalistes, depuis son élection comme ministre de tutelle, au siège de son bureau, à Ebène Tower, ce mardi 2 juin
Actualités

Squatters – Obeegadoo: “161 structures illégales, réparties sur cinq sites démolies”

“161 structures illégales des squatters réparties sur cinq sites ont été démolies”: c’est ce qu’a affirmé le ministre des Terres et du Logement, Steven Obeegadoo, lors d’une première conférence de presse, face à face avec de journalistes, depuis son élection comme ministre de tutelle, au siège de son bureau, à Ebène Tower, ce mardi 2 juin. Ces cinq sites comprennent Pointe aux Sables, Malherbes (Curepipe), African Town (Riambel), Bras d’eau et Morne.

“Sak zour ki ou pa agir le nombre squatters ogmente.Je suis satisfait qu’on ait pu enlever ces structures illégales, cela d’autant plus qu’il y a des gens qui ont violé le décret de couvre-feu pour les aménager”, a ajouté le ministre Obeegadoo.

Passant en revue la problématique des squatters, le ministre des Terres et du Logement s’est engagé dans une rétrospective de région par région. Citant le cas de Pointe aux Sables, il a expliqué à quelle vitesse des squatters sont venus aménagé des longères en toles et poutres ou encore délimiter de lopins de terres sur un site marécageux.

“En l’espace d’une semaine, allant du 18-19 mai, le nombre de squatters a passé de 9 à 113. La majorité des structures était inoccupée”, a affirmé Steven Obeegadoo. “Des 57 structures, seules 4 étaient développées”, a-t-il précisé. Pour ce qui est de la situation à Riambel, il a souligné qu’il y avait 37 structures et zéro occupation; à Malherbe, il y avait 10 structures et deux d’entre elles étaient occupées.

En revanche, le ministre Obeegadoo a mentionné le cas d’une dame qui fait un grand bruit. “Cette dame,nommée Mélodie, une ancienne squatter, bénéficiaire d’un terrain d’une superficie de 10 perches et qui squatte un autre terrain pour cultiver des légumes. Seules ses structures qui ont été enlevées. Si elle veut planter, il lui incombe de formuler une demande à l’Agro-Industrie”, a insisté le ministre Obeegadoo.

“Le gouvernement a décidé d’agir dans le dialogue et avec le coeur”, a-t-il dit. S’agissant les 161 cas de squatters, Steven Obeegadoo a fait remarquer que lors d’un survey, il a été établi qu’il existe quatre ou cinq enfants qui ne sont pas scolarisés. Revenant sur  Pointe aux Sables, il a souligné que suite à une décision de la cour, aujourd’hui, “deux familles ont pris l’engagement pour enlever leurs structures d’ici fin juin.”

Steven Obeegadoo a argué que le gouvernement a été appelé à agir, “car le squatting entrave le développement”. Aussi, il a fait état des risques que constituent des constructions sur un site marécageux.

Squatters – Obeegadoo: “161 structures illégales, réparties sur cinq sites démolies”