Stimulants sexuels : entre plaisir et dangers !
Tout médicament a des effets négatifs
Actualités

Stimulants sexuels : flirter entre plaisir et dangers !

Viagra, Cupid, Extra Force, Dragon X… Il y a plus d’une dizaine de stimulants sexuels qui sont en vente dans les pharmacies. Sont ces produits synonymes de danger ?

Selon Arshad Saroar, président de la Pharmaceutical Association of Mauritius (PAM), en Europe, les stimulants sexuels peuvent être vendus sans ordonnace. Par contre, à Maurice, il faut en avoir une pour se procurer ces médicaments.

Il explique que si quelqu’un choisit de prendre un stimulant sexuel, la raison concrète est qu’il a sans aucun doute un soucis de santé. « A Maurice, on ne peut fournir ces stimulants en vente libre ». Il insiste qu’il faut une ordonnance.

« La Pharmacy Act..une loi obsolète »

Le président de la PAM affirme qu’il faut des amendements à la Pharmacy Act si on veut vendre des stimulants sans ordonnance. « Kapav dan bann lane a venir, li pou kumsa », dit-il.

Selon lui, la Pharmacy Act est une loi « obsolète » et il est d’avis qu’il faut y apporter les changements nécessaires. De plus, il nous précise que le ministère de la Santé travaille déjà sur des possibles changements à cette loi. Toutefois, pour Arshad Saroar, la formation demeure essentielle pour les pharmaciens, surtout avant de se lancer dans la vente libre.

D’autre part, le président de la PAM affirme que les stimulants sexuels à base de plantes se vendent beaucoup plus, car, bon nombre de gens connaissent déjà les effets néfastes ce ces produits surtout sur le cœur. Il avoue que les produits ayurvédiques sont certes meilleurs mais ils ont en même temps des répercussions négatives.

Il explique également que les jeunes utilisent bel est bien ces stimulants mais il insiste qu’aucun pharmacie ne vent des médicaments aux mineurs. Selon Arshad Saroar, les jeunes sont à la recherche de l’euphorie, c’est la raison pour laquelle ils prennent optent pour ces stimulants.

Cependant, il indique que l’effet de ces médicaments n’est pas le même sur les jeunes. « Lefe la pa parey lor zot, li fer lefe zis lor dimunn malad », dit-il.

« Tout médicament a des effets négatifs »

Une pharmacienne, qui a voulu garder l’anonymat, explique, pour sa part, que les pharmaciens n’ont pas besoin de formations pour la vente des médicaments. « Il n’y a pas mal de pays où les stimulants sexuels sont en vente libre, ici on est en retard », dit-elle.

Notre source nous explique cependant que tout médicament a des effets négatifs. C’est la raison pour laquelle des pharmaciens sont là pour apporter des conseils. Elle témoigne également que beaucoup de jeunes choisissent de prendre ses produits. « Bann zen kirie », dit-elle.

Les stimulants sexuels sont utilisés par des jeunes de 15 ans

Le Dr S. Jeet Beeltah, généraliste affirme de son côté que le médecin doit avant tout examiner la personne avant de prescrire des stimulants sexuels. « Il faut que la personne soit en bonne santé », insiste-t-il.

Il explique que ce sont surtout les personnes qui ont des problèmes cardiaques qui sont les plus à risques. Le médecin affirme néanmoins que les stimulants sexuels naturels sont « acceptables ».

Le généraliste souligne également que beaucoup de jeunes utilisent des stimulants sexuels. Il pense que les jeunes veulent « avoir une performance à la hauteur » par peur de ne pas pouvoir satisfaire leur partenaire.

Il critique certaines pharmacies, estimant qu’elles vendent ces médicaments sans ordonnance. « Ena adolesan 15 an servi sa », nous lance-t-il.

Le Dr Jeet Beeltah évoque également plusieurs effets secondaires que peuvent causer les stimulants sexuels, dont la nausée, des maux de tête, des douleurs à la poitrine, entre autres. « On ne peut mettre ces médicaments en vente libre », dit-il.

Il pense également que les jeunes ne sont pas conscients du dangers qui les guettent en prenant des stimulants.

Stimulants sexuels : flirter entre plaisir et dangers !