Actualités

Taxis : d’autres macadams dans le projet Uber

Offrir un bon service de déplacement tout en assurant la sécurité d’emploi des chauffeurs de taxi : un défi auquel font face les autourités devant une éventuelle implémentation des services Uber à Maurice. Une coexistence entre les deux services semble ambigüe, selon certains.

Raffik Bahadoor, président du Taxi Proprietor’s Union se prononce sur les défis auxquels seront confrontés les chauffeurs de taxi avec l’arrivée de l’Uber à Maurice. « Nous faisons face à la compétition avec les taxis marrons. Jusqu’à présent, aucune solution concrète n’a pas été trouvée par les autorités concernées face à ce problème. Comment venir nous expliquer que la compétition face à Uber sera saine ? », lâche-t-il.

« Les chauffeurs de taxi ont à  payer des frais d’inscriptions et des brevets annuellement. Est-ce-que ce sera le cas pour l’Uber ? Les chauffeurs d’Uber pourront utiliser leur transport privé pour effectuer des trajets payants. Or, la loi n’autorise pas cela. Est-ce de nouvelles règles seront implémentées avec l’arrivée d’Uber? Qu’en est-il des chauffeurs de taxis à ce moment ? », se demande Raffik Bahadoor.

De plus, il avance que ce métier est le gagne-pain de plusieurs. « Ce service pourra être proposé par une personne ayant déjà un emploi. Ainsi, l’Uber sera un deuxième emploi pour ces derniers et les chauffeurs de taxi opérant n’auront plus à craindre pour leur travail », affirme-il.

Raffik Bahadoor soutient que le service Uber a été condamné dans plusieurs pays. Il a été avancé que ce service n’est pas en conforme à la réglementation. Il ajoute qu’avec le nombre grandissant d’agressions sexuelles signalées par les usagers dans le monde, des pays, tels que l’Angleterre, les Etats Unis, Australie, en Allemagne ont banni le service Uber.

Signalons que la National Transport Authority (NTA) a enregistré 6 909 de taxis en 2017 à Maurice. Le nombre de voitures enregistrée était à environ 265 000. De janvier à juin 2018, 280 000 circulaient sur nos routes.

Taxis : d’autres macadams dans le projet Uber