Transport en commun : 139 cas d’agression enregistrés
Sunil Gopal, la communication and Public Infrastructure Officer de la National Transport Corporation (NTC), a animé un point de presse pour faire un bilan de la situation.
Actualités

Transport en commun : 139 cas d’agression enregistrés

Cela fait un peu plus d’un an depuis que l’Emergency Response Services (ERS) Transport Squad a été mise sur pied. Cette unité a pour but de trouver une solution aux problèmes encourus dans les transports publics. A cet effet, Sunil Gopal, la communication and Public Infrastructure Officer de la National Transport Corporation (NTC), a animé un point de presse pour faire un bilan de la situation. C’était au siège du ministère des Infrastructures publiques ce vendredi 22 février.

Il avance que depuis 2015 à 2018, 139 cas d’agressions sur les travailleurs du transport ont été enregistrés. C’est, rappelle-t-il, la hausse dans les cas d’agression qui a poussé le ministère des Infrastructures publiques à faire revivre la police du transport, avec la nouvelle unité connue sous le nom de l’ERS Transport Squad. Avant d’ajouter que dans ce contexte, la CNT a organisé un atelier de travail en 2018. Ainsi, « suite à ce workshop qui a regroupé plusieurs acteurs du transport en commun, une série de recommandations a été faite pour pallier aux problèmes d’agressions sur les travailleurs du transport en commun », affirme-t-il.

Les recommandations sont comme suit :

Une formation pour les receveurs, chauffeurs. L’accent sur le self-defence. Ce programme se fera par le Bus Industry Employees Welfare Fund (BIEWF).

Mise en place d’un protocole commun pour tous les opérateurs en cas d’agression. L’objectif est de tenir en compte l’aspect du problème pour agir promptement.

Un Hotline de trois chiffres.

La nécessité de mettre des caméras CCTV. 128 bus sont déjà équipés de caméras de surveillance. Le but est d’identifier les agresseurs.

Introduction d’un cash system. L’objectif est de réduire l’argent liquide en circulation dans les bus publics.

Amendements aux lois existantes. Le but est de rendre le transport en commun plus ‘safe’.

Pour sa part, Jean Claude Ramsay, le SP de l’ERS Transport Squad souligne que pour le moment, 14 policiers travaillent à cette unité de la police, dont trois femmes, qui opèrent en deux ‘shift’: l’un de 6h à 14h, et l’autre de 14h à 22h. Il concède cependant que « le travail est compliqué avec une équipe restreinte. Mais on fait avec », lance-t-il.

Transport en commun : 139 cas d’agression enregistrés