Le New York Times a rapporté qu'une opération autorisée par Trump pour lancer des attaques sur "une poignée de cibles iraniennes"
Actualités Monde

Trump approuve les frappes contre l’Iran, mais se ravise

L’armée américaine s’est préparée à frapper des cibles iraniennes jeudi 20 juin en représailles de l’abattage du drone, rapporte les médias américains.

Citant de hauts responsables de la Maison Blanche, le New York Times a rapporté qu’une opération autorisée par Trump pour lancer des attaques sur “une poignée de cibles iraniennes”, y compris des batteries de radar et de missile, avait été enclenchée jeudi soir lorsque le dirigeant américain s’est ravisé et les ont appelé.

Les avions étaient dans les airs et les navires en position, mais aucun missile n’avait été tiré, lorsque l’ordre de démissionner a été donné, a déclaré un haut responsable de l’administration. Le Washington Post et ABC News ont également rendu compte de l’évolution de la situation, citant des responsables anonymes de la Maison-Blanche et d’autres sources qui seraient au courant de cet ordre de Donald Trump.

‘Affrontement catastrophique’

Les informations ont été rapportées quelques heures à peine après que le corps des Islamic Revolutionary Guard Corps (IRGC) d’élite iranien ait annoncé qu’il avait abattu un drone américain qui survolait l’espace aérien iranien.

Des responsables américains ont déclaré par la suite que le drone, qui aurait été frappé par un missile sol-air, se trouvait en territoire international au moment de sa chute. Trump, pour sa part, a accusé l’Iran d’avoit fait une “très grosse erreur” sur l’incident, mais a également suggéré que le tir aurait pu être involontaire.

Le vice-ministre des Affaires étrangères, Abbas Araghchi, a informé l’ambassadeur de Suisse, Markus Leitner, dont le pays représente les intérêts américains en Iran, qu’il a présenté des preuves jeudi soir, a annoncé le ministère dans un communiqué. « Même certaines parties de l’épave du drone ont été récupérées dans les eaux territoriales iraniennes », a déclaré Araghchi.

Cette déclaration intervient après que le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, ait publié jeudi dans un message Twitter les coordonnées exactes d’où le drone avait été abattu, ajoutant que l’Iran avait récupéré des pièces du drone dans ses eaux territoriales.

Trump approuve les frappes contre l’Iran, mais se ravise