Un centre d’impression 3D inauguré à Coromandel, cet après-midi
Au fil du temps, le processus a mûri et il existe actuellement de nombreuses imprimantes beaucoup plus sophistiquées que les machines originales
Actualités

Un centre d’impression 3D inauguré à Coromandel, cet après-midi

Un centre d’impression tridimensionnelle (3D) sera inauguré par le ministre des TIC, Yogida Sawmynaden et celui du Business, des Affaires et des Coopératives, Soomilduth Bholah, au siège de SME Mauritius, cet après-midi.

Il est souligné que l’impression tridimensionnelle, communément appelée fabrication additive, est un processus dans lequel un objet 3D est créé en déposant des dépôts successifs de matériau (liquide, poudre ou feuille) lorsque la machine à imprimer lit les données à partir de la conception ‘computer aided design’ (CAD). Chaque couche équivaut à une section transversale du modèle CAD. Elles fusionnent pour créer la forme finale.

Ce processus a été décrit pour la première fois en 1981 par Hideo Kodama, de l’Institut de recherche industrielle municipal de Nagoya, qui a inventé les méthodes de fabrication permettant de créer un modèle en plastique 3D.

On fait remarquer qu’au fil du temps, le processus a mûri et il existe actuellement de nombreuses imprimantes beaucoup plus sophistiquées que les machines originales. Compte tenu du développement, cela a permis de l’appliquer dans divers domaines, notamment l’aérospatiale, l’ingénierie, les produits de consommation, les arts, l’industrie alimentaire, l’éducation, la fabrication et la médecine.

Il est soutenu que les scientifiques ont réussi à reconstituer les oreilles, la peau, les reins, les vaisseaux sanguins et les os en utilisant des imprimantes 3D. En utilisant un panneau en plastique de type gel contenant des cellules, il est souligné que cette technologie pourrait potentiellement jouer un rôle important en médecine régénérative, par exemple dans la greffe de peau. Les bio-ingénieurs du Cardiovascular Innovation Institute de l’Université de Louisville, États-Unis) ont imprimé une artère coronaire sur un petit vaisseau sanguin du muscle cardiaque et espèrent bientôt imprimer un cœur fonctionnel.

Et pas plus tard que le 25 mars, TF1 dans son journal de 20heures a diffusé une nouvelle : Lou Robert, âgée de 9 ans, qui est née avec une déformation à la main, porte désormais une prothèse, plus précisement, un avant-bras artificiel. Cet avant-bras a été fabriqué et conçu bénévolement par une équipe d’employés d’Airbus à Toulouse. Désormais, elle peut faire du vélo, attraper des objets ou encore tenir un livre à la main. «Lou a réussi à faire de son handicap une force», a souligné TF1.

Un centre d’impression 3D inauguré à Coromandel, cet après-midi