Un parfum de fort « lobbying » rien que pour dénigrer Nawaz Khan Chady
Actualités

Un parfum de fort « lobbying » rien que pour dénigrer Nawaz Khan Chady

Ah sacré Ile Maurice ou plutôt… Ah sacré presse aux agendas farfelus qui voient et broient que du noir et de la négativité dans l'(es) intérêt(s) de ceux qu’ils mangent et boivent à la même table. Leur dernière cible est le businessman Nawaz Khan Chady qui est à la tête de Hyvec Partners. Motif de cette attaque : Hyvec Partners serait sur le point de décrocher un contrat de la State Trading Corporation (STC) au détriment de l’un de leurs amis « manzé-bwar ».

Le projet de construction d’un nouvel entrepôt pour la STC date de 2002. Un projet rendu nécessaire voir même urgent pour plusieurs raisons :

  • La STC loue les actuels locaux de la Mauritius Ports Authority (MPA) et suite à l’agrandissement du port d’après le Port Masterplan, la MPA a demandé à la STC de libérer cet espace.
  • L’actuel entrepôt est une vieille bâtisse et l’espace d’entreposage est limité. Le renouvellement du contrat de location se fait d’ailleurs mensuellement depuis juillet 2017, d’où l’urgence d’un nouvel espace d’entreposage.
  • L’entrepôt est aussi très exposé aux aléas climatiques, tels que les fortes houles, vu sa proximité avec la mer.
  • Vu que l’entrepôt se situe dans la rade de Port-Louis, dans une endroit exposé, cela constitue un risque comme mentionné dans la rapport de la commission sur la drogue.

Quatre des soumissionnaires n’ont pas la capacité financières

En tant que mauricien et citoyen responsable, l’intérêt et le développement du pays doit passer avant celui des copains. Nawaz Khan Chady par le biais de sa société a répondu à un appel d’offres de la State Trading Corporation (STC) lancé le 5 décembre 2018. (NDLR : Les soumissionnaires avaient jusqu’au 4 février 2019 pour soumettre leur offre. Mais suite à une requête de leur part, la date butoir a été repoussée au 18 février 2019). Et à ce qu’il paraît — selon l’article de presse — Hyvec Partners a proposé Rs 8 millions de moins que le second soumissionnaire. À noter qu’à la fermeture de l’exercice, sept offres avaient été reçues. Dans la logique des choses, la STC fera affaire avec la société qu’elle payera moins cher (lowest bidder or most responsive) ou encore comme c’est mentionné sur son site web — www.stcmu.com — on peut constater que quatre des soumissionnaires n’ont pas la capacité financières pour réaliser ce projet. Ils sont :

  1. Les Moulins de la Cité Ltée (Option 1)
  2. Les Moulins de la Cité Ltée (Option 2)
  3. Prime Storage and Warehousing Ltd
  4. Easy Asian Ltd
  5. GM & Sesar Trading Ltd

Alors que BFSL Trade Development Co Ltd n’a pas été retenu car « the bidder has omitted paragraph (d) in his Bid Submission Form » . Seul les offres d’Hyvec Partners Ltd et Tayelamay Group Ltd avaient été retenus.

Pour rappel, un premier appel d’offres a été lancé en 2014 mais aucune offre n’a été reçue. La STC a ensuite étudié l’option de la construction d’un nouvel entrepôt sur un terrain loué à bail à Riche Terre. Mais l’accès menant à l’emplacement étant étroit, le projet n’a pu aboutir. De ce fait, une décision a été prise d’opter un projet clé en main. Le conseil d’administration a, lors d’une réunion du 8 mars 2017, approuvé le recrutement d’un consultant indépendant, Claude Wong So & Associates pour rédiger les termes de références du document d’appel d’offres. D’ailleurs, le consultant a eu plusieurs réunions avec les différents partis concernés avant la finalisation du document.

Un appel d’offres est une procédure qui permet à un commanditaire (STC), de faire le choix de l’entreprise (Hyvec Partners) les plus à même de réaliser une prestation avec le meilleur rapport qualité/prix en choisissant l’offre économiquement la plus avantageuse. À noter que tous les soumissions incluant celle d’Hyvec Parners ont été envoyées sous scellés avant la date butoir. Alors aucun aperçu des chiffres des autres soumissionnaires n’ont pu être communiqués pour favoriser quiconque.

L’ouverture des offres en présence des officiers de plusieurs institutions

L’ouverture des offres s’est fait par les employés de la STC siégeant dans le Commodity Procurement Committee (CPC) en la présence des auditeurs internes et de ceux du National Audit Office et du consultant (Claude Wong So & Associates). L’exercice d’évaluation a été mené par des hauts cadres du ministère des infrastructures publiques, assistés des employées de la STC, vu que c’était un exercice très technique. Le comité d’évaluation a soumis son rapport aux membres du CPC le 23 mars dernier et après l’avoir étudier, le CPC a recommandé que le rapport soit soumis au Steering Committee qui, à son tour, a recommandé les conclusions de ce rapport au conseil d’administration qui s’est réuni le 17 avril dernier.

Autre critère très important que la société Hyvec Partners a respecté : la localisation du dépôt. En effet, le 26 octobre 2015, Hyvec Partners avait formulé une demande (doc 1) pour l’obtention d’un terrain de 10 arpents à Jin Fi, Riche Terre et cette société a obtenu ledit terrain en 2017 — bien avant que la STC n’émette son appel d’offres. Ce lieu convient au exigence de la STC, car Jinfei se trouve à proximité du Port et c’est un site idéal pour la mise en place d’un entrepôt tout en respectant un autre critère d’une superficie de 6 à 7 arpents.

Doc 1.

Pourquoi chercher le poil de la bête quand c’est une évidence que Nawaz Khan Chady en bon businessman maîtrise son sujet à la lettre et est à la recherche de toute opportunité. D’ailleurs, le développement foncier et la construction sont ses domaines. Sa société a conclu plusieurs projets avec succès, tels que la construction de plusieurs collèges, des bâtiments publics, le Rose-Belle Business Park, la prison de Melrose, des hôtels, entre autres.

« STC ki pou vine propriétaire terrain là… »

Contacté par Inside News, Nawaz Khan Chady est très remonté. Il nous laisse entendre que : « kan mo fine tender mo document mo fine metté ki mo pou transfert ça terrain ki Landscope fine alloué moi-là lors nom STC directement. Alors kuma ou kapave croire ena parfum scandale ou fraude kuma enn certain journaliste fine ecrire. C’est STC ki pou vine propriétaire terrain là et non moi. Moi mo juste pe construire bâtiment-là pou STC kuma mo fine fer mention dans tender ki mo fine déposé… »

Hyvec Group n’est pas novice sur le marché. Société active depuis 1990, elle est même classée 44ème en 2018 des « Top 100 Compagnies » avec un chiffre d’affaire de Rs 2 milliards. Est-ce que c’est le nom de Nawaz Khan Chady qui dérange ?

En tout cas, un parfum de fort « lobbying » se répand dans l’air !

Un parfum de fort « lobbying » rien que pour dénigrer Nawaz Khan Chady