Actualités

Un peu de l’ordre a la gare et dans nos autobus SVP

Il est clair que la plupart, sinon tous, les receveurs d’autobus et les chauffeurs qui travaillent pour des propriétaires d’autobus privés violent ouvertement les directives de la National Transport Authority.

Ils ne portent pas l’uniforme approprié, ne portent ni leur badge officiel ni les licences correspondantes qui leur ont été délivrées.

Il est temps de mettre de l’ordre dans les gares routières et dans les bus exploités par des particuliers dans tout le pays.

Tel est le souhait exprimé par de nombreux passagers dans une enquête réalisée par Inside News à la suite de plaintes émanant de passagers réguliers.

En fait, les inspecteurs de la NTA sont tenus de procéder à des vérifications quotidiennes, de réprimander les défaillants et, si nécessaire, de les traduire en justice. Si l’on se fie à ce que disent les voyageurs, ces personnes doivent alors se débarrasser de leur léthargie. Ils doivent être sur la route et la gare pour nettoyer le désordre.

«Je n’ai jamais vu un officier monter dans le bus. Dieu sait s’il y en a. Si tel est le cas, ils sont heureux de ne rien faire et de créer un désordre sur tous les itinéraires de bus », déclare un chef de gare qui travaille à Port Louis depuis de nombreuses années.

La situation est pire dans les bus.

«Il n’y a guère de respect pour les passagers. Les receveurs sont mal habillés, certains en t-shirts émiettés, malodorants et sales, et en jeans décontractés ou maigres ou larges. Ils ne portent même pas les badges qui leur ont été délivrés par l’autorité nationale des transports », a déclaré une fonctionnaire du gouvernement qui se rend quotidiennement entre Flacq et Port-Louis.

Certains receveurs disent les passagers, sont impolis. Ils hurlent aux passagers et les insultent même. Espérons qu’il n’y en a pas beaucoup comme ceux-là.

Pire encore, Inside News a rencontré quelques receveurs (sur les routes du nord et du sud) qui sentaient une liqueur rance, peut-être prise à la veille, mais dont l’odeur n’avait pas le temps de disparaître. Certains chauffeurs étaient également dans la même situation; leurs yeux rouges de pavot.

«Les receveurs et les chauffeurs de bus doivent porter des uniformes et des badges pour se démarquer des faux et des vrais et des membres du public», explique un vieux chauffeur de bus.

Cependant, certains d’entre eux se plaignent de ce que les propriétaires d’autobus répugnent aux uniformes. «Cela doit être rendu statutaire. Nous devons avoir des uniformes, comme toute autre personne au service du grand public, comme un policier ou un pompier », selon un chef de train.

Inside News a également rencontré des bus qui coulaient pendant les jours de pluie, obligeant les passagers à sortir une feuille de plastique pour les protéger ou à se serrer les uns contre les autres pour éviter que l’eau ne renverse sur eux. Il y avait aussi des pneus chauves d’autobus, des freins qui pourraient être défectueux, des feux ne fonctionnant pas correctement, entre autres.

Certains receveurs ont eu l’habitude de texter en conduisant, en hochant la tête, en accélérant ou en conduisant à une vitesse supérieure à la vitesse de conduite légale.

Au terminal de bus de Flacq, près de l’endroit où le bus desservant Port Louis est stationné, il y a un petit arbre badamier autour duquel un groupe de receveurs et de chauffeurs sont assis et attendent leur tour. Certaines d’entre elles continuent à regarder et lorgner les femmes et à siffler aux jeunes filles, voire à les taquiner, comme une bande de maraudeurs à l’affût.

«Les autorités doivent agir et agir vite», déclare un conseiller de village. “La situation ne peut pas pourrir”, a-t-il ajouté.

Selon Inside News, les agents de la NTA devraient agir rapidement pour chasser tous ceux qui bafouent les règles, incluant aussi les propriétaires.

Les autorités feront bien d’envisager d’imposer aux propriétaires, chauffeurs et aux receveurs d’autobus le port de l’uniforme et l’affichage de leur badge bien en vue.

L’île Maurice moderne doit cultiver le facteur «sentir bien et être en sécurité» pour les milliers de voyageurs. NTA a du pain sur la planche. Attendons qu’il agisse.

Un peu de l’ordre a la gare et dans nos autobus SVP