Veekram Bhunjun/Rajesh Jeetah : Y a-t-il eu conflits d'intérêts dans l'affaire Betamax ?
Actualités

Veekram Bhunjun/Rajesh Jeetah : Y a-t-il eu conflits d’intérêts dans l’affaire Betamax ?

Le contrat de Betamax, est une affaire de familles, voire une affaire politico-financière. Y a-t-il eu conflit d’intérêts dans l’affaire Betamax ? Autant de questions que l’on se pose quand le Gouvernement du PTr avait accordé un contrat faramineux à Betamax, une entreprise appartenant à la famille Bhunjun. Rajesh Jeetah, ministre d’alors a en effet épousé la soeur de Veekram Bhunjun.

Le contrat, au coût de plusieurs milliards de roupies, était échelonné sur plusieurs années pour transporter des produits pétroliers de Mangalore, en Inde, à Maurice par voie maritime. A cet effet, le pétrolier Red Eagle était affrété pour assurer le transport des produits pétroliers pour le compte de la STC. Il est à retenir que l’ancien régime, soit le Parti Travailliste, avait octroyé ce contrat à la compagnie de Veekram Bhunjun sans appel d’offres et que les procédures, dont les provisions de la Public Procurement Act, n’avaient pas été suivies.

Ceci a d’ailleurs été confirmé le 19 juin 2017, par Ravi Yerrigadoo, alors Attorney General, au parlement en réponse à une Private Notice Question (PNQ) de Xavier-Luc Duval : « … the Attorney General’s Office, which was consulted, did not give its clearance to the contract as proposed by Mr Bhunjun, one of the proponents of Betamax Ltd. One of the grounds was that the Public Procurement Act had not been followed. Despite that, the issue was pursued by the then Government disregarding the legal advice and it is not a mere coincidence that it was on the very day on which the STC Board was considering the Contract of Affreightment, that Betamax Ltd. was incorporated.»

Et les coffres-forts…

Devrons-nous évoquer la fameuse enveloppe découverte dans les coffres-forts de Navin Ramgoolam, en 2015, portant le nom d’un certain « Veekram » ? Au vu des derniers développements dans l’affaire Betamax, il est évident qu’on ne peut dissocier, à ce stade, le « Veekram », mentionné sur la mystérieuse enveloppe et Veekram Bhunjun. N’est-ce pas une filière à être exploitée par les enquêteurs de la police ?

Autres interrogations qu’on se pose dans cette affaire sont les suivantes : Rajesh Jeetah avait-il siégé au Conseil des ministres lorsque la décision a été prise pour allouer le contrat à son beau-frère, soit à la compagnie de ses beaux-parents, c’est-à-dire Betamax ?

Le bureau du DPP, institution sous la férule de Satyajit Boolell, n’a pas fait de fleur à Pravind Jugnauth dans l’affaire Medpoint. La suite on la connaît, les arguments du bureau du DPP n’ont pas fait le poids devant les Law Lords. A l’issue du jugement de la Cour Suprême qui a donné gain de cause au STC de ne pas payer une somme de près de Rs 4,7 milliards à la compagnie Betamax, le leader du MMM, Paul Bérenger, a dit qu’il suit de près le ‘move’ du DPP. Or, ce dernier n’a fait que référer le dossier à la police, en début de semaine, pour relancer cette affaire.

La question se pose : le DPP sera-t-il animé par la même fougue, comme c’était le cas dans l’affaire Medpoint ? La suite nous le dira…

Veekram Bhunjun/Rajesh Jeetah : Y a-t-il eu conflits d’intérêts dans l’affaire Betamax ?