Actualités

VIH/SIDA : Semaine internationale du dépistage

Du 23 au 29 novembre 2020, Prévention Information Lutte contre le SIDA (PILS) et ses partenaires le Collectif Urgence Toxida (CUT) et l’association Aides, Infos, Liberté, Espoir et Solidarité(AILES) organisent la première édition de la Semaine Internationale du Dépistage à Maurice. Initiée par Coalition PLUS, réseau international de lutte contre le sida et les hépatites virales dont nous sommes membres, la semaine internationale du dépistage vise à sensibiliser les populations sur le dépistage, premier pas dans la riposte aux épidémies.

La première édition de la Semaine Internationale du Dépistage sera marquée par des opérations de dépistage à travers l’île du 23 au 29. À cette occasion, nous organisons également des opérations de sensibilisation sur l’importance du dépistage ainsi que la distribution des préservatifs/des masques pour aider les populations à se protéger contre le VIH/la Covid-19.

Renforçons l’accès au dépistage

Malgré les progrès réalisés ces dernières années dans la lutte contre le sida, l’accès au dépistage reste un défi majeur à relever. Nous saluons au passage la décision du conseil des ministres sur le dépistage du VIH qui sera proposé aux patients de 20 ans et plus dans les hôpitaux régionaux. Un projet pilote devrait débuter à l’hôpital Jeetoo. En 2019, le nombre estimé des personnes vivant avec le VIH à Maurice était de 11, 263 dont 7795 (69%) connaissent leur statut., selon le ministère de la santé et du bien-être. Ce qui est bien loin de l’objectif fixé au niveau mondial de dépister 90% des personnes vivant avec le VIH à l’horizon 2020.

Le constat est d’autant plus alarmant dans le cas où les données pour l’année 2016-2019, nous voyons une tendance à la hausse de l’incidence de l’infection chez les personnes âgées de 25 ans et plus. De plus, la proportion de nouveaux cas détectés chez les hétérosexuels, qui était passée de 52,3 % en 2015 à 61,5 % en 2019, était de 65,3 % pour la période de janvier à juin 2020 [MOHW HIV statistics 2020]. Nous sommes face aujourd’hui à une épidémie généralisée.

Cependant, les populations clés demeurent les plus affectées par le VIH, notamment, les personnes qui s’injectent des drogues. Souvent stigmatisées et discriminées, voire criminalisées en raison de leur mode de vie, l’accès au dépistage demeure difficile pour eux. A Maurice, le dépistage communautaire est déjà une réalité. Cette stratégie en place depuis plusieurs années nous a permis de contourner les barrières de la stigmatisation et de la discrimination et d’atteindre les populations les plus marginalisées qui sont au cœur des dynamiques épidémique que nous combattons. Le dépistage communautaire permet non pas de dépister davantage, mais de dépister de manière plus ciblée et d’avoir ainsi un meilleur impact sur l’incidence.

Aujourd’hui, nous demandons à ce que plus de gens soient formés aux dépistages rapides afin d’accélérer la riposte contre le VIH et que l’approche communautaire soit reconnu et renforcer dans la lutte contre les épidémies.

« Le sida et les hépatites ne sont pas une fatalité, se faire dépister est essentiel pour initier un traitement et stopper les transmissions. Mais ce serait un vœu pieux de chercher à atteindre l’objectif de l’élimination du sida si nous ne dépistons pas le VIH là où il sévit le plus : au sein des communautés marginalisées », rappelle Annette Treebhoobun, directrice de PILS.

VIH/SIDA : Semaine internationale du dépistage