Voilà, une claque magistrale pour Navin
Actualités opinion

Voilà, une claque magistrale pour Navin

L’ancien Premier ministre et dirigeant du parti Travailliste, Dr Navin Chandra Ramgoolam (NCR), qui, à peine quelques jours de cela, qualifiait le salaire minimum comme l’une des causes majeures pour la crise dans le secteur de textile, a été magistralement désavoué par l’homme même qu’il a essayé de défendre.

Lors d’un point de presse. NCR avait affirmé que le salaire minimum fixé par le gouvernement pour les travailleurs est trop élevé et aura un impact négatif sur la création d’emplois.

Il avait même l’audace de dire : « Je pense que Thierry Lagesse a partiellement raison, » et d’inférer que la politique actuelle du salaire minimum était trop élevée et était l’une des causes de la fermeture de Palmar Ltd sans préavis et licencié plus de 1 300 travailleurs sans aucune indemnité et salaire de fin de mois

« Si c’est trop élevé (salaire minimum), vous ne créerez pas d’emploi, » il avait souligné l’innuendo étant que le salaire minimum accordé par ce gouvernement était trop élevé et responsable de la fermeture d’usines de textile et de nombreuses petites et moyennes industries.

Ironie du sort, et voilà maintenant, Thierry Lagesse donne une claque magistrale à NCR. L’ex-patron du groupe Palmar déclare, sans encombres, à un quotidien : « Je n’ai jamais voulu remettre en question la justesse sociale de l’instauration du salaire minimum », que le salaire minimum était une mesure nécessaire pour fair avancer le pays socialement. Il ajoute aussi que le pays a eu raison de la mettre en place.

Il convient de rappeler, de 2006 à 2014, le gouvernement travailliste n’a pas eu le courage, ni la volonté, d’élaborer une politique de salaire minimum. Et pourtant, 7 700 travailleurs avaient perdu leur emploi et 68 usines avaient fermé leurs portes. Depuis 2015, le pays n’a connu aucune telle crise.

Certes, il y en a des problèmes. Le gouvernement en est conscient. Des mesures opportunes ont été prises, telles que la vérification judiciaire (forensic audit) des comptes de toutes les entreprises défaillantes, et des mesures incitatives come le « Speed-To-Market Scheme ».

Le « Speed-To-Market Scheme » prévoit un remboursement de 40 % du coût du transport aérien vers l’Europe pour des produits textiles, vêtements, le Freight Rebate Scheme prévoyant le remboursement jusqu’a 25 % du fret maritime, parmi d’autres. Prétendre que le gouvernement est responsable de toutes les crises et qu’il ne fait rien relève de la démagogie pour séduire les grands capitaux et le monde des affaires. La population est suffisamment intelligente pour connaître la différence entre un mensonge et une vérité.

Voilà, une claque magistrale pour Navin